Des églises sont toujours menacées de fermeture

0

(Saint-Jérôme) Des églises vont bel et bien fermer dans les prochaines années contrairement à ce qui a été véhiculé sur les réseaux sociaux à la suite d’une rencontre entre des paroissiens et l’évêque de Saint-Jérôme dimanche dernier. 

Mgr Pierre Morissette et Mgr Raymond Poisson ont fait le point dimanche dernier sur la décision du Diocèse de Saint-Jérôme à la suite de la commission diocésaine sur l’avenir des églises dans les Laurentides. Plus de 150 paroissiens de plusieurs paroisses avoisinantes se sont réunis à l’église de Saint-Joseph-du-Lac.

Le diocèse ne ferme plus d’églises pour le moment. Mais des fermetures d’églises sont à prévoir dans les prochaines années. « On fait la tournée de chaque paroisse et on va voir comment on peut améliorer la situation pour chaque église. Mais c’est certain qu’il va y avoir des fermetures, particulièrement dans les Laurentides. D’ailleurs l’église ferme », a précisé l’Évêque.

Changer d’approche

Ce dernier a expliqué à monjournal.ca que le diocèse avait décidé de changer d’approche. Il reconnait que la dernière façon de faire a causé un émois dans la communauté.

En avril dernier, Martin Tremblay, vicaire général du diocèse de saint-Jérôme, avait dit que toutes les églises étaient menacées et qu’il n’y avait pas de préséance entre les églises peu importe leur importance patrimoniale. En juin dernier, le vicaire avait réaffirmé à nouveau qu’aucune église n’était protégée.

Puis en octobre dernier L’évêque de Saint-Jérôme a confirmé à monjournal.ca que les églises historiques de Saint-Eustache, d’Oka, de Sainte-Thérèse et la cathédrale de Saint-Jérôme ne seraient pas fermées. « Je peux vous confirmer ça. Ce n’est pas du tout dans nos intentions de fermer ces églises », avait expliqué à l’époque l’évêque de Saint-Jérôme, monseigneur Pierre Morissette.

Ce dernier affirmait comprendre l’attachement des citoyens à ces monuments et comprend l’importance de certaines églises dans le patrimoine des municipalités. Il s’agissait d’un revirement dans la ligne de pensée du diocèse de Saint-Jérôme.

Sursis pour les églises

Une tournée a donc été entreprise dans certaines paroisses pour expliquer le nouveau plan de match. Le diocèse va étudier la situation au cas par cas et va travailler avec chaque paroisse pour trouver des solutions. « Nous allons aussi évaluer ce qui se fait comme pastorale en dehors des messes du dimanche. Si l’église ne sert qu’une fois par semaine pour la messe, ce n’est pas ce que nous voulons », explique Mgr Morissette.

Au niveau de la situation financière des paroisses et des églises l’évêque explique que l’autosuffisance financière ne signifie en rien la viabilité des églises de certaines paroisses. « Plusieurs paroisses font leur frais mais ce n’est pas suffisant. Lorsque un problème arrive, par exemple s’il faut changer la toiture, et bien il n’y a pas d’argent pour le faire », dit-il. Ce dernier explique qu’une église ne s’hypothèque pas pour des travaux comme c’est le cas d’une maison.

Chaque paroisse fonctionne également en vase clos a t-il expliqué.

Partagez

Commentez

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.