(Mirabel) Plus de 300 personnes attendaient en ligne vers 10 heures ce matin afin de se procurer du cannabis à la seule succursale des Basses-Laurentides de la SQDC.

« Je suis arrivé vers 7h15 ce matin. Je vais pouvoir tester l’huile de cannabis », a expliqué coco, le premier arrivé sur les lieux ce matin. Il désire garder l’anonymat. L’homme s’était bien habillé pour attendre et s’était amené une petite chaise pliante pour attendre patiemment l’ouverture de la succursale de la société Québécois du cannabis (SQDC).

Ils étaient plus de 300 devant le 13 421 du boulevard Labelle à Saint-Janvier. La file d’attente bloquait tous les autres commerces et se terminait près de la rue.

Malgré la température, les gens étaient de bonne humeur en attendant de pouvoir entrer dans le commerce de la SQDC de Saint-Janvier. / Photo: Stéphane Sinclair

Lors de l’ouverture des portes, ils ont été plusieurs à applaudir et à crier leur satisfaction.

Voici les premiers clients à entrer dans la succursale de la SQDC à Saint-Janvier. La majorité des gens dans la longue ligne d’attente étaient des hommes / Photo: Stéphane Sinclair

Mario Chagnigny de Saint-Jérôme est arrivé vers 8h45 ce matin. Il fume depuis une quarantaine d’années. Il est heureux de la légalisation et est venu voir les prix. « Je suis bien prêt à venir acheter ici mais il faudra que les prix soient compétitifs », a lancé l’homme.

Ce dernier explique que le prix qu’il payait était assez bas. « Quand ça fait plus de quarante ans que tu fumes à tous les jours, tu as un bon prix », explique M. Chagnigny qui soutient que si les prix augmentent, il pourrait retourner voir son fournisseur.

Vincent Lebel, 21 ans, de Sainte-Thérèse en consomme depuis quatre ans. Il est arrivé peu avant neuf heures. Il est mitigé quand à la légalisation. « Ce qui m’inquiète c’est la réaction des policiers envers le conducteurs. Il vont probablement faire beaucoup plus de vérifications », a dit M. Lebel.

Ce dernier est venu voir les différents produits comme l’huile de cannabis. Le marché noir n’est pas mort selon lui. « Ici c’est 8$ le gramme alors que je le paye entre 4,5$ à 6$ le gramme », a-t-il expliqué. Il soutient que l’endroit où il va acheter son cannabis va dépendre de son budget.

David Doré, 35 ans de Saint-Jérôme, a commencé à consommé à 18 ans parce qu’il était TDAH. Le cannabis l’aidait à relaxer. Il est arrivé vers neuf heures ce matin. Il est venu essayer les produits et compte larguer son fournisseur. « Le « stock » est contrôlé ici. On va être certain de ce qu’on va consommer  », a -t-il dit.

David Doré est bien content de la légalisation. Il attendait patiemment dans la ligne ce matin avec le sourire aux lèvres. / Photo: Stéphane Sinclair

Mathieu Gaudreault, responsable des relations de presse à la SQDC, affirme que la succursale de Saint-Janvier devrait être en mesure de répondre à la clientèle. « On s’attendait à une telle affluence. On avait prévu le coup. Les gens qui attendent dehors devraient pouvoir s’en procurer », a conclu le porte-parole.

Partagez

Commentez

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.