La saison de la chasse pourrait être compromise dans les Laurentides et en Outaouais

0
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

(Laurentides) Des centaines de chasseurs de cervidés des Laurentides et de l’Outaouais risquent de voir leur saison compromise à quatre jours de l’ouverture de la chasse à l’arc à la suite de la découverte du premier cas de la maladie débilitante chronique d’un cervidé au Québec.

Jean-Philippe Pelletier, un chasseur de 23 ans, était découragé hier après avoir appris la nouvelle sur Facebook. Le ministère des Forêts, de la faune et des parcs (MFFPQ) a annoncé qu’il pourrait interdire la chasse aux cervidés dans une partie de l’Outaouais et des Laurentides après la découverte du premier cas d’un cervidé atteint par la maladie dans une ferme d’élevage des Laurentides.

Jean-Philippe Pelletier est un grand amateur de chasse. Il chasse le cervidé, l’ours, le dindon sauvages, l’orignal et le lièvre. / Photo: courtoisie

La maladie est bien connue aux États-Unis et en Alberta. Il s’agit de l’équivalent de la vache folle chez les cervidés. Il n’est d’ailleurs pas conseillé de consommer la viande des animaux malades tel que le Journal de Montréal l’annonçait en décembre dernier même s’il n’est pas encore prouvé qu’elle peut contaminer l’homme.

Très contagieux

La maladie est très contagieuse et se répand par le sang, la salive, l’urine et les excréments des animaux. Elle s’attaque au cerveau des cervidés leur causant des tremblements, un manque de coordination, de l’agressivité et une détérioration manifeste de leur état physique.

Un épidémiologiste avait comparé la maladie au VIH « Chez l’humain, le VIH aurait l’air d’un pique-nique à côté de la MDC », affirmait l’épidémiologiste Mike Samuel, qui dirige l’unité coopérative de recherche sur la faune du Wisconsin, dans un documentaire réalisé par l’Alliance for Public Wildlife tel que mentionné par le Journal de Montréal en décembre dernier.

Marcher sur des oeufs

Le porte-parole du ministère des forêts, de la faune et des parcs semblait marcher sur des oeufs. « Nous avons pris le dossier en charge et nos équipes travaillent afin d’évaluer les autres mesures à prendre. Le troupeau touché est en quarantaine », s’est contenté de répéter Nicolas Bégin.

Le cabinet de Luc Blanchette, ministre des forêts, de la faune et des parcs n’était pas au courant de la situation alors que le ministère avait annoncé la nouvelle près de 24 heures avant via Facebook que la chasse au cervidé pourrait être interdite dans les secteurs visés cet automne.

La Fédération québécoise des chasseurs et des pêcheurs (FQCP) a promulgué ses conseils. « Si la chasse est quand même permise, il sera important de ne pas sortir le cervidé du territoire. La tête devra être envoyée à Saint-Hyacinthe pour y être analysée », explique Michel Baril, biologiste à la FQCP. Il explique qu’il va y avoir des délais d’au moins deux semaines avant de savoir si l’animal peut-être mangé.

Parc nationaux

La Sépaq pourrait obliger les chasseurs qui auront attrapé une bête dans les zones visées à les faire débiter dans la région selon Simon Boivin, porte-parole à la Sépaq.

Avec la collaboration de David Prince et Patrick Campeau du Journal de Montréal.

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Partagez

Commentez

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.