Le projet immobilier de GBD à Oka pourrait mourir dans l’oeuf

0

Oka|Deux ans après qu’un projet résidentiel controversé ait semé la bisbille entre les mohawks de Kanesatake et la municipalité d’oka, un second projet de développement immobilier sème la colère chez les mohawks.

Le Conseil de bande compte bloquer par voie juridique un tout nouveau projet de développement immobilier qui a été présenté en février dernier dans la petite municipalité des Laurentides. Le projet devrait se situer à l’arrière de la pépinière Dagenais et fils située à l’entrée du village d’Oka.

Le projet proposé par le promoteur Gestion Benoit Dumoulin a peu de chance de voir le jour si l’on se fie aux propos du grand chef du Conseil de bande, Serge Simon.

« Dès qu’il y a un clou qui se plante dans un 2×4, on va chercher une injonction et on est prêt à se rendre jusqu’à la cour suprême pour faire arrêter les travaux », lance t-il. Ce dernier compte s’en prendre juridiquement tout autant à la municipalité d’Oka qu’au promoteur immobilier qui a fait une offre d’achat aux propriétaires de la pépinière qui possèdent les 8,7 hectares de terrains que compte développer Gestion Benoit Dumoulin.

Nouvelle tension

30 ans après la crise d’Oka, le réchauffement spectaculaire de 2017 n’aura duré que quelques mois entre les deux communautés. En avril 2017, la municipalité d’Oka signait une entente de principe avec le Conseil de bande pour leur fournir l’eau potable.

Un mois après, la situation s’est à nouveau détériorée parce que la municipalité a octroyé de nouveaux permis de construction dans le secteur de la Coline qui se trouve entre le village d’Oka et le calvaire du parc d’Oka.

Des manifestations ont eu lieu à Oka en 2017. Puis un an plus tard, des résidents du secteur de la Coline ont été témoins d’actes de vandalisme. Des drapeaux  warriors ont même été déployés dans les rues de ce secteur.

Remettre le feu aux poudres

La venue d’un nouveau projet résidentiel en 2019 a remis le feu aux poudres. Le grand chef Simon accuse la municipalité de ne pas avoir été consulté. Il dénonce le manque de collaboration du maire d’Oka.

Le projet proposé par GBD à l’entrée du village d’Oka. / Image tirée de la présentation de GBD

Il se veut néanmoins rassurant et ne veut pas de nouvelle crise. Il compte utiliser d’autres stratégies. « Le vendeur a l’obligation de dénoncer tout vice dans la transaction et le fait que ces terrains soient revendiqués par mon peuple en est un très gros », explique t-il. Il croit que cette menace devrait être suffisante pour faire reculer le promoteur immobilier qui risque d’avoir de la difficulté à vendre ses maisons.

Négociation fédérale

Le grand chef aimerait que la municipalité bloque tout projet de développement  à Oka tant qu’il n’y a pas d’entente entre le gouvernement fédéral et sa communauté.

Ces terrains se trouvent sur l’ancienne Seigneurie du Lac- des-deux-Montagnes. Le fédéral négocie présentement une compensation financière puisqu’il reconnait que ces terrains auraient dû revenir aux mohawks dans le passé. Le Conseil de bande aimerait racheter des terrains dans la zone revendiquée pour agrandir le territoire autochtone afin de permettre le développement de sa communauté. Les négociations ne sont toujours pas terminées.

« C’est une vente de gré à gré, ce n’est pas un projet proposé par la municipalité », a expliqué Pascal Quevillon, maire d’Oka. Ce dernier mentionne néanmoins que la municipalité est réceptive parce qu’elle a besoin d’argents pour faire face à ses dépenses et que le développement est nécessaire pour éviter une augmentation des taxes.

Gestion Benoit Dumoulin n’avait toujours pas retourné nos appels au moment d’aller sous presse.

Partagez

Commentez

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.