(Kanasetake) Un troisième commerce de vente de cannabis illégal voit le jour à Kanesatake. Le Journal y a acheté du pot mais aussi du hashish illégal à travers le tout le Canada.

monjournal.ca a pu se procurer 1,5 grammes de cannabis de marque « Death Bubba » et 1,6 gramme de hashish du Cachemire dans un nouveau commerce, Kanesatake Herbal Solutions, dédié à la vente de ces drogues sur la 344 à Kanesatake une journée avant la légalisation. Le
Journal a payé 10$ pour 1,5 grammes de pot et 15$ pour 1,6 grammes de hash. Les drogues ont été pesées ailleurs par la suite pour les photos.

10$ pour 1,5 grammes à Kanesatake. Il s’agit de « Death Bubba » et son taux de THC se situe entre 14 à 25%. Le pot des années 70 en contenait de 3 à 5%. / Photo: Stéphane Sinclair

La représentante du commerce a présenté plusieurs variétés de cannabis en expliquant les effets un peu comme on le fait à la Société Québécoise du Cannabis. « Celui-ci va plus vous endormir et vous relaxer », a expliqué la dame au représentant du Journal.

Le Journal s’est aussi procuré 1,6 grammes d’un très réputé hashish, provenant du Cachemire au Pakistan. Il est néanmoins illégal au Canada. / Photo : Stéphane Sinclair

Les deux personnes présentes parlaient un excellent français et la marchandise qu’on y trouvait y était vendue à des fins récréatives. « Celui-ci est excellent, vous allez avoir un bon buzz », a dit-la femme avant d’expliquer qu’elle avait aussi du hashish. La dame qui se trouvait derrière le comptoir a présenté deux pots masson contenant une bonne quantité de hashish en provenance du Maroc et du Pakistan.

Or le hashish, qui est un produit dérivé et concentré du Cannabis, est toujours interdit malgré la légalisation du cannabis.

Le commerce est bien en vue sur la route et s’affiche comme commerce spécialisé dans le cannabis depuis près d’un mois. Trois autres personnes étaient présentes lors du passage du Journal. Une dizaine d’autres personnes y ont fait un arrêt dans les deux heures alors que le représentant du Journal vérifiait l’achalandage.

Une bonne nouvelle

Le chef du Conseil de bande de Kanesatake Serge Simon affirme être contre l’explosion des commerces de ventes de ces drogues sur son territoire. Depuis l’ouverture du commerce de Mohawk Gaz Bar à Kanesatake, dont le Journal, avait révélé l’existence au printemps 2018, il y a deux nouveaux commerces qui s’affichent sur le territoire mohawk. 

Le commerce Big Chief vent aussi des graines de plants et l’affiche ouvertement. La vente de semences est interdite et il est interdit de faire pousser ses plants au Québec.

« Québec m’a rassuré que la SQDC allait vendre le pot de façon concurrentielle pour lutter contre le marché noir », a expliqué Serge Simon. Ce dernier compte faire un référendum pour connaître l’avis de sa population et décidera par la suite comment sa communauté va légiférer. Les communautés autochtones ont le pouvoir de légiférer sur la vente des produits du cannabis à travers le Canada comme pour les loteries et les jeux.

Le maire d’Oka, Pascal Quevillion, s’est aussi dit préoccupé. Il explique qu’il est impossible de savoir d’où vient le cannabis dans ce genre de commerce.

Du côté de la SQDC, le porte-parole Mathieu Gaudreault a confirmé que la société d’état allait s’ajuster. « On ne va pas agir comme les stations d’essences qui changent de prix chaque jour mais on va s’assurer que notre prix est juste et nous allons réagir… pas en fonction de Kanesatake mais en fonction de tout le marché noir », explique M. Gaudreault

Partagez

Commentez

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.