La mère d’Hugo St-Cyr vit son deuil avec d’autres parents endeuillés

0
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

La mère du comédien Hugo St-Cyr, décédé d’un cancer des os en septembre 2015 à l’âge de 36 ans, a cheminé dans son deuil en écoutant et en se liant d’amitié avec d’autres parents endeuillés de partout au Québec.

Lisette Massy, 61 ans, a progressé dans le deuil de son célèbre fils, alias Michel Couillard du légendaire feuilleton Watatatow.

Rappelons qu’une grande vague de sympathie médiatique avait déferlé à la suite de son décès, alors que ses filles et de nombreux artistes lui avaient rendu hommage.

Et lorsque sa maladie avait été annoncée publiquement en septembre 2014, des témoignages d’encouragements de personnalités artistiques et du public avaient afflué sur les médias sociaux.

 Le deuil d’une mère

Mais la mère de l’artiste était dévastée à l’automne 2015, alors que la fête de son fils est au mois de novembre et que le premier Noël sans lui a été un vide difficile à vivre.

«À cette période, j’avais l’impression qu’il allait franchir la porte de la maison dans 5 minutes, je savais que ce n’était pas vrai, mais c’est comme si ça me faisait du bien de penser cela, témoigne Mme Massy, alors que l’artiste était son enfant unique. Mais avec le temps, tu réalises graduellement que tu ne le reverras plus.»

Mme Massy avait aussi de la misère au début à raconter qu’elle avait vu souffrir son fils. «Je n’étais pas capable de le verbaliser sans pleurer à chaudes larmes, ajoute la mère du comédien. Je ne trouvais pas les mots pour dire ma peine.»

Groupes de discussions

Dans les cinq mois qui ont suivi le décès, Mme Massy s’est résolue, petit à petit, à entreprendre des démarches pour parler de sa peine, sous la recommandation d’une travailleuse sociale. Cette dernière lui a recommandé de participer à des groupes de discussions de parents endeuillés. Même si elle ne croyait pas que cela était fait pour elle au début, Mme Massy a commencé à fréquenter le groupe Les amis compatissants en février 2016.

Les parents endeuillés qui ont fondé ce groupe ont cependant décidé qu’ils cessaient les activités d’entraide à la fin de l’année 2016, après 25 ans de services.

Mme Massy s’est donc proposée pour prendre la relève, car elle avait encore besoin de parler de son deuil. «Mais je n’avais pas la force de construire un organisme avec un conseil d’administration», a expliqué Lisette Massy.

Il lui a cependant été possible de se départir de cette structure et elle a pu trouver une salle gratuite à Sainte-Julie pour fonder Parent d’un Ange, en janvier 2017. Elle a donc commencé les soirées (deuxième mardi de chaque mois avec une douzaine de parents). La page Facebook du groupe compte aujourd’hui 219 membres.

«Sans vouloir faire de critiques, il y a juste les parents endeuillés qui peuvent comprendre des parents endeuillés», a affirmé Mme Massy, qui a ajouté qu’elle a une très bonne amie qui a perdu son fils, 3 ans avant elle.

«Je pensais que je la comprenais, mais c’est le jour où j’ai perdu mon fils que j’ai compris que je n’avais rien compris, explique-t-elle. On peut imaginer la chose, mais il faut le vivre pour le comprendre.»

Évolution du deuil

Mme Massy anime toujours ce groupe et elle continue de se confier lors de ces soirées. «Les gens de notre entourage, après un certain temps, on ne peut plus leur en parler, a expliqué Mme Massy. Nous c’est le contraire, on veut en parler même si on ne se connaît pas.»

Mme Massy dit qu’elle est maintenant capable de dire qu’elle a vu son fils souffrir, car elle l’a répété à plusieurs reprises dans le groupe.

Des parents endeuillés de partout au Québec participent au groupe Parent d’un Ange. Ceux qui vivent loin de la région de Montréal peuvent y participer via le groupe de discussion Facebook.

Anna Gaudreault, qui a de son côté perdu deux de ses trois enfants, vit à Charlevoix. Elle a perdu son plus jeune (17 ans) dans un accident de motocross en septembre 1999 et l’aîné de 23 ans dans un accident de travail en août 2000.

«Ça me fait beaucoup de bien de participer à ce groupe, l’interaction est très forte même si c’est à distance, a  témoigné Mme Gaudreault. Je vais peut-être y aller en personne un jour.»

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Partagez

Commentez

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.